African Unification Front
HOME
ORGANOGRAM
AUF IDEOLOGY
AUF LEADERSHIP
AUF ANTHEM
AUF FLAG
AFRICAN CALENDAR
AFRICAN PARLIAMENT
UNITY DOCUMENTS
SOVEREIGN RIGHTS
AU INSTITUTIONS
AU-INT'L RELATIONS
HUMAN RIGHTS
PUBLIC ENGAGEMENT
LANGUAGE POLICY
BORDERS
DIASPORA
AFRICAN LAW
COMMUNITY
LAND REFORM
WATER ISSUES
OCEANOGRAPH
CONFLICT
DEFENSE POLICY
HEALTH & SAFETY
FOOD POLICY
SHELTER
ECONOMY
INDUSTRY
TECHNOLOGY
ENERGY & POWER
ECOLOGY FRONT
WILDLIFE POLICY
HERITAGE
EDUCATION
RELIGION
ART & CULTURE
MEDIA & PRESS
QUOTATIONS
AUF CONTACTS
BIOGRAPHIES
GLOSSARY OF TERMS
RELATED LINKS
FAQ
BECOME A MEMBER |
 FEEDBACK |  URGENT ACTION ALERT 

LUSAKA CEASEFIRE AGREEMENT (jul-aug 1999)

En Francais


PREAMBLE

We the Parties to this Agreement;

CONSIDERING Article 52 of the UN Charter on regional arrangements for dealing with matters relating to the maintenance of international peace and security as are appropriate for regional action;

REAFFIRMING the provisions of Article 3 of the OAU Charter which, inter alia, guarantee all Member States the right to their sovereignty and territorial integrity;

REAFFIRMING further Resolution AHG/16/1 adopted by the OAU Assembly of Heads of State and Government in 1964 in Cairo, Egypt, on territorial integrity and the inviolability of national boundaries as inherited at independence.

RECALLING the Pretoria Summit Communique dated 23rd August, 1998 re-affirming that all ethnic groups and nationalities whose people and territory constituted what became Congo (now DRC) at independence must enjoy equal rights and protection under the law as citizens.

DETERMINED to ensure the respect, by all Parties signatory to this Agreement, for the Geneva Conventions of 1949 and the Additional Protocols of 1977, and the Convention on the Prevention and Punishment of the Crime of Genocide of 1948, as reiterated at the Entebbe Regional Summit of 25 March, 1998;

DETERMINED further to put to an immediate halt to any assistance, collaboration or giving of sanctuary to negative forces bent on destabilising neighbouring countries;

EMPHASISING the need to ensure that the principles of good neighbourliness and non-interference in the internal affairs of other countries are respected;

CONCERNED about the conflict in the Democratic Republic of Congo and its negative impact on the country and other countries in the Great Lakes Region;

REITERATlNG the call made at the Second Victoria Falls Summit held from 7 to 8 September, 1998, as contained in the Joint Communique of the Summit, for the immediate cessation of hostilities;

COGNlSIANT of the fact that addressing the security concerns of the DRC and neighbouring countries is central and would contribute to the peace process;

RECALLING the mandate, contained in the Victoria Falls II Joint Communique, given to the Ministers of Defence and other officials working in close cooperation with the OAU and the UN to establish the modalities for effecting an immediate ceasefire and put in place a mechanism for monitoring compliance with the ceasefire provisions;

RECALLING the United Nations Security Council Resolution 1234 of 9 April, 1999 and all other Resolutions and Decisions on the DRC since 2 August, 1998.

RECALLING further the Summit meetings of Victoria Falls I and II, Pretoria, Durban, Port Louis, Nairobi, Windhoek, Dodoma and and the Lusaka and Gaborone Ministerial peace efforts on the DRC conflict;

RECALLING further the Peace Agreement signed on 18 April, 1999 at Sirte (Libya);

RECOGNISING that the conflict in the DRC has both internal and external dimensions that require intra-Congolese political negotiations and commitment of the Parties to the implementation of this Agreement to resolve;

TAKING note of the commitment of the Congolese Government, the RCD, the MLC and all other Congolese political and civil organisations to hold an all inclusive National Dialogue aimed at realising national reconciliation and a new political dispensation in the DRC;

HEREBY AGREE AS FOLLOWS:

ARTICLE I

THE CEASE-FIRE

1. The Parties agree to a cease-fire among all their forces in the DRC.

2. The cease-fire shall mean:

a. the cessation of hostilities between all the belligerent forces in the DRC, as provided for in this Cease-fire Agreement (hereinafter referred to as "the Agreement");

b. the effective cessation of hostilities, military movements and reinforcements, as well as hostlle actions, including hostIle propaganda;

c. a cessation of hostilities within 24 hours of the signing of the Cease-fire agreement;

3. The Ceasefire shall entail the cessation of:-
a. all air, land, and sea attacks as well as all actions of sabotage;
b. attempts to occupy new ground positions and the movement of military forces and resources from one area to another, without prior agreement between the parties;

c. all acts of violence against the civilian population by respecting and protecting human nghts. The acts of violence include summary executions, torture, harassment, detention and execution of civilians based on their ethnic origin; propaganda incitng ethnic and tribal hatred; arming civilians; recruitment and use of child soldiers; sexual violence; training and use of terrorists; massacres, downing of civilian aircraft; and bombing the civilian population;

d. supplies of amunition and weaponry and other war-related stores to the field;

e. any other actions that may impede the normal evolution of the cease-fire process.

ARTICLE II

SECURITY CONCERNS

4. On the coming into force of this Agreemcnt the Parties commit themselves to immediately address the security concerns of the DRC and her neighbouring countries.

ARTICLE III

PRINCIPLES OF THE AGREEMENT

5. The provisions of paragraph 3 (e) do not preclude the supply of food, clothing and medical support for the military forces in the field.

6. The cease-fire shall guarantee the free movement of persons and goods throughout the national territory of the Democratic Republic of Congo.

7. On the coming into force of the Agreement, the Parties shall release persons detained or taken hostage and shall give them the latitude to relocate to any provinces within the DRC or country where their security will be guaranteed.

8. The Parties to the Agreement commit themselves to exchange prisoners of war and release any other persons detained as a result of the war.

9. Thc Parties shall allow immediate and unhindered access to the International Committee of the Red Cross (ICRC) and Red Crescent for the purpose of arranging the release of prisoners of war and other persons detained as a result of the war as well as the recovery of the dead and the treatment of the wounded.

10. The Parties shall facilitate humanitarian assistance through the opening up of humanitarian corridors and creation of conditions conducive to the provision of urgent humanitarian assistance to displaced persons, refugees and other affected persons.

11.

a. The United Nations Security Council, acting under Chapter VII of the UN Charter and in collaboration with the OAU, shall be requested to constitute, facilitate and deploy an appropriate peacekeeping force in the DRC to ensure implementation of this Agreement; and taking into account the peculiar situation of the DRC, mandate the peacekeeping force to track down all armed groups in the DRC. In this respect, the UN Security Council shall provide the requisite mandate for the peace-keeping force.
b. The Parties shall constitute a Joint Military Commission (JMC) which shall, together with the UN/OAU Observer group be responsible for executing, immediately after the coming into force of this Agreement, peace-keeping operations until the deployment of the UN peace-keeping force. Its composition and mandate shall be as stipulated in Chapter 7 of Annex 'A' of this Agreement.

12. The final withdrawal of all foreign forces from the national territory of the DRC shall be carried out in accordance with the Calender in Annex B of this Agreement and a withdrawal schedule to be prepared by the UN, the OAU and the JMC.

13. The laying of mines of whatever type shall be prohibited.

14. There shall be immediate disengagement of forces in the areas where they are in direct contact.

15. Nothing in the Agreement shall in any way undermine the sovereignty and territorial integrity of the Democratic Republic of Congo.

16. The Parties re-affirm that all ethnic groups and nationalities whose people and territory constituted what became Congo (now DRC) at independence must enjoy equal rights and protection under the law as citizens.

17. The Parties to the Agreement shall take all necessary measures aimed at securing the normalisation of the situation along the international borders of the Democratic Republic of Congo, including the control of illicit trafficking of arms and the infiltration of armed groups.

18. In accordance with the terms of the Agreement and upon conclusion of the Inter-Congolese political negotiations, state administration shall be re-established throughout the national territory of the Democratic Republic of Congo.

19. On the coming into force of the Agreement, the Government of the DRC, the armed opposition, namely, the RCD and MLC as well as the unarmed opposition shall enter into an open national dialogue. These inter-Congolese political negotiations involving les forces vives shall Iead to a new political dispensation and national reconciliation in the DRC. The inter-Congolese political negotiations shall be under the aegis of a neutral facilitator to be agreed upon by the Congolese parties. All the Parties commit themselves to supporting this dialogue and shall ensure that the inter-Congolese political negotiations are conducted in accordance with the provisions of Chapter 5 of Annex ' A'.

20. In accordance with the terms of the Agreement and upon the conclusion of the national dialogue, there shall be a mechanism for the formation of a national, restructured and integrated army, including the forces of the Congolese Parties who are signatories to this Agreement, on the basis of negotiations between the Government of the Democratic Republic of Congo and the RCD and MLC.

2l. The Parties affirm the need to address the security concerns of the DRC and her neighbouring countries.

22. There shall be a mechanism for disarming militias and armed groups, including the genocidal forces. In this context, all Parties commit themselves to the process of locating, identifying, disarming and assembling all members of armed groups in the DRC. Countries of origin of members of the armed groups, commit themselves to taking all the necessary measures to facilitate their repatriation. Such measures may include the granting of amnesty in countries where such a measure has been deemed beneficial. It shall, however, not apply in the case of suspects of the crime of genocide. The Parties assume full responsibility of ensuring that armed groups operating alongside their troops or on the territory under their control, comply with the processes leading to the dismantling of those groups in particular.

23. The Parties shall ensure the implementation of the terms of the Agreement and its Annexes 'A' and 'B' which form an integral part of the Agreement.

24. The definitions of common terms used are at Annex 'C' .

25. The Agreement shall take effect 24 hours after signature.

26. The Agreement may be amended by agreement of the Parties and any such amendment shall be in writing and shall be signcd by them in the same way as the Agreement.

IN WITNESS WHEREOF the duly authorised representatives of the Parties have signed the Agreement in the English, French and Portuguese languages, all texts being equally authentic.

DONE; AT LUSAKA (ZAMIBIA) ON THIS ___ DAY OF ___

FOR THE REPUBLIC OF ANGOLA;

FOR THE DEMOCRATIC REPUBLlC OF CONGO;

FOR THE REPUBLIC OF NAMIBIA;

FOR THE REPUBLIC OF RWANDA;

FOR THE REPUBLIC OF UGANDA;

FOR THE REPUBLIC OF ZIMBABWE;

FOR THE CONGOLESE RALLY FOR DEMOCRACY (RCD);

FOR THE MOVEMENT FOR THE LIBERATION OF THE CONGO (MLC);

AS WITNESSES:-

FOR THE REPUBLIC OF ZAMBIA;

FOR THE ORGANISATION OF AFRICAN UNITY;

FOR THE UNITED NATIONS;

FOR THE SOUTHERN AFRICAN DEVELOPMENT COMMUNITY

ANNEX 'A' TO THE CEASE-FIRE AGREEMENT

MODALITIES FOR THE IMPLEMENTATION OF THE CEASE-FIRE AGREEMENT IN THE DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO

CHAPTER I

CESSATION OF HOSTILITIES

1.1 The Parties, shall announce a cessation of hostilities, to be effective 24 hours after the signing of the Cease Fire Agreement. The announcement of cessation of hostilities shall be disseminated by the parties through command channels, and it shall concurrently be communicated to the civil population via print and electronic media.

1.2 Until the deployment of United Nations/Organisation of African Unity (UN/OAU) observers, the cessation of hostilities shall be regulated and monitored by the Parties through the Joint Military Commission. With the deployment of UN/OAU observers, the responsibility of verification, control and monitoring of the cessation of hostilities and subsequent disengagement shall be reported through UN/OAU.

1.3 Any violation of the cessation of hostilities and subsequent events shall be reported to the Joint Military Commission and to the UN/OAU mechanisms through the agreed chain of command for investigation and action as necessary.

CHAPTER 2

DISENGAGEMENT

2.1 The disengagement of forces shall mean the immediate breaking of tactical contact between the opposing Military Forces of the Parties to this Agreement at places where they are in direct contact by the effective date and time of the Cease-Fire Agreement.

2.2 Where immediate disengagement is not possible, a framework and sequence of disengagement is to be agreed by all Parties through the Joint Military Commission UN and OAU.

2.3 Immediate disengagement at the initiative of all military units shall be limited to the effective range of direct fire weapons. Further disengagement to pull all weapons out of range, shall be conducted under the guidance of the Joint Military Commission/UN and OAU.

2.4. Wherever disengagement by movement is impossible or impractical, alternative solutions requiring that weapons are rendered safe shall be designed by the Joint Military Commission/UN and OAU.

CHAPTER 3

RELEASE OF HOSTAGES AND EXCHANGE OF PRISONERS OF WAR

3.1 Upon the cease-fire taking effect, all Parties shall provide ICRC/Red Crescent with relevant information concerning their prisoners of war or persons detained because of the war. They shall subsequently accord every assistance to the ICRC/Red Crescent representatives to enable them to visit the prisoners and detainees and verify any details and ascertain their condition and status.

3.2 On the coming into force of the Agreement, the Parties shall release persons detained because of the war or taken hostage within three days of the signing of the Cease-fire Agreement and the ICRC/Red Crescent shall give them all the necessary assistance including relocation to any provinces within the DRC or any other country where their security will be guaranteed.

CHAPTER 4

ORDERLY WITHDRAWAL OF ALL FOREIGN FORCES

4.1 The final orderly withdrawal of all foreign forces from the national territory of the Democratic Republic of Congo shall be in accordance with Annex 'B' of this Agreement.

4.2 The Joint Military Commission/OAU and UN shall draw up a definitive schedule for the orderly withdrawal of all foreign forces from the Democratic Republic of Congo.

CHAPTER 5

NATIONAL DIALOGUE AND RECONCILIATION

5.1 On the coming into force of the Cease-fire Agreement in the DRC, the Parties agree to do their utmost to facilitate the inter-Congolese political negotiations which should lead to a new political dispensation in the Democratic Republic of Congo.

5.2 In order to arrive at a new political dispensation and national reconciliation arising from the inter-Congolese political negotiations, the Parties agree upon the implementation of the following principles:

i. the inter-Congolese political negotiations process shall include beside the Congolese parties, namely the Government of the Democratic Republic of Congo, the Congolese Rally for Democracy and the Movement for the Liberation of Congo, the political opposition as well as representatives of the forces vives;
ii. all the participants in the inter-Congolese political negotiations shall enjoy equal status;

iii. all the resolutions adopted by the inter-Congolese political negotiations shall be bindiIng on all the participants;

5.3 The Parties agree that the Organisation of African Unity shall assist the Democratic Republic of Congo in organising the inter-Congolese political negotiations under the aegis of a neutral facilitator chosen by the Parties by virtue of his/her moral authority, his/her international credibility and his/her experience.
5.4 For the success of the all inclusive inter-Congolese political negotiations leading to national reconciliaton, the facilitator shall be responsible for:

i. making the necessary contacts pertaining to the organisation of the inter-Congolese political negotiations within an environment which will cater for the security of all participants;
ii. organising, in conjunction with the Congolese Parties, consultations with a view to inviting all the major organisations and groups of the recognised representative political opposition as well as the main representatives of the forces vives;

iii. conducting, in accordance with the timetable, the discussions leading to the establishment of a new political dispensation in the Democratic Republic of Congo.

5.5 Without prejudice to other points that may be raised by the participants, the Congolese Parties shall agree:-
i. the timetable and the rules of procedure of the inter-Congolese political negotiations;
ii. The formation of a new Congolese National army whose soldiers shall originate from the Congolese Armed Forces, the armed forces of the RCD and the armed forces of the MLC;

iii. the new political dispensation in the DRC, in particular the institutions to be established for good governance purposes in the DRC;

iv. the process of free, democratic and transparent elections in the DRC,

v. the draft of the Constitution which shall govern the DRC after the holding of the elections;

5.6 The calendar of the inter-Congolese political negotiations shall be as follows:
i. Selection of a facilator

D-Day + 15 days


ii. Beginning of national dialogue

D-Day + 45 days


iii. Deadline for the close of national dialogue

D-Day + 90 days


iv. Establishment of new institutions D-Day + 91 days




CHAPTER 6

RE-ESTABLISHMENT OF THE STATE ADMINISTRATION OVER THE TERRITORY OF THE DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO

6.1 In accordance with the terms of the Agreement and upon conclusion of the Inter-Congolese political negotiatons, state administration shall be re-established throughout the national territory of the Democratic Republic of Congo.

6.2 On the coming into force of the Agreement, there shall be a consultative mechanism among the Congolese Parties which shall make it possible to carry out operations or actions throughout the national territory which are of general interest, more particularly in the fields of public health (e.g. national immigration campaign), education (e.g marking of secondary school leavers examinations), migrations, movement of persons and goods.

CHAPTER 7

THE JOINT MILITARY COMMISSION

7.1. The Joint Military Commission shall be answerable to a Political Committee composed of the Ministers of Foreign Affairs and Defence or any other representative duly appointed by each Party.

7.2 The Joint Military Commission shall be a decision making body composed of two representatives from each Party under a neutral Chairman appointed by the OAU in consultation with the Parties.

7.3 The Joint Military Commision shall reach its decisions by consensus.

7.4 The mandate of the Join Military Commission shall be to ;-

a. establish the location of Units at the time of the Cease-fire;
b. facilitate liaison between the Parties for the purpose of the Cease-fire;

c. assist in the disengagement of forces and the investigation of any cease-fire violations;

d. verify all information, data and activities relating to military forces of the Parties;

e. verify the disengagement of the military forces of the Parties where they are in direct contact;

f. work out mechanisms for disarming armed groups;

g. verify the disarmament and quartering of all armed groups;

h. and verify the disarmament of all Congolese civilians who are illegally armed; and

i. monitor and verify orderly withdrawal of all foreign forces.

7.5 The Parties commit themselves to providing the JMC with any relevant information on the organisation, equipment and locations of their forces, on the understanding that such information will be kept confidential.
CHAPTER 8

UNITED NATIONS PEACE-KEEPING MANDATE

8.1 The UN in collaboration with the OAU shall constiute, facilitate and deploy an appropriate force in the DRC to ensure implementation of this Agreement.

8.2 The mandate of the UN force shall include peacekeeping and peace enforcement operations as outlined below:-

8.2.1 Peacekeeping:

a. Work with the JMC/OAU in the implementation of this Agreement;
b. Observe and monitor the cessation of hostilities;

c. Investigate violations of the Cease-fire Agreement and take necessary measures to ensure compliance;

d. Supervise disengagement of forces of the Parties as stipulated in chapter 2 of this Annex;

e. Supervise the re-deployment of forces of the Parties to Defensive Positions in conflict zones in accordance with Chapter 11 of this Agreement;

f. Provide and maintain humanitarian assistance to and protect displaced persons, refugees and other affected persons;

g. Keep the Parties to the Cease-fire Agreement informed of its peace-keeping operations;

h. Collect weapons from civilians and ensure that the weapons so collected are properly accounted for and adequately secured;

i. In collaboration with JMC/OAU, schedule and supervise the withdrawal of all foreign forces;

j. verify all information, data and activities relating to military forces of the Parties.

8.2.2 Peace Enforcement:
a. Tracking down and disarming Armed Groups;
b. Screening mass killers, perpetrators of crimes against humanity and other war criminals;

c. Handing over '"genocidaires" to the International Crimes Tribunal for Rwanda;

d. Repatriation;

e. Working out such measures (persuasive or coercive) as are appropriate for the attainment of the objectives of disarming, assembling, repatriation and reintegration into society of members of the Armed Groups.

8.3 Composition of the UN Peace-keeping forces shall be selected from countries acceptable to all the Parties.
8.4 The Joint Military Commission shall, immediately upon the coming into force of the Agreement, be responsible for executing peace-keeping operations until the deployment of the UN Peace-keeping force.

CHAPTER 9

DISARMAMENT OF ARMED GROUPS

9.1 The JMC with the assistance of the UN/OAU shall work out mechanisms for the tracking, disarming, cantoning and documenting of all armed groups in the DRC, including ex-FAR, ADF, LRA, UNRF11, Interhamwe, FUNA, FDD, WNBF, UNITA, and put in place measures for:

a. handing over to the UN International Tribunal and national courts, mass killers and perpetrators of crimes against humanity; and
b. handling of other war criminals.

9.2 The Parties together with the UN and other countries with security concerns, shall create conditions conducive to the attainment of the objective set out in 9.1 above, which conditions may include the granting of amnesty and political asylum, except for genocidaires. The Parties shall also encourage inter-community dialogue.
CHAPTER 10

FORMATION OF A NATIONAL ARMY

10.1 In accordance with the terms of the Agreement and following the inter-Congolese political negotiations, there shall be a mechanism taking into account, among others, the physical check of troops, the precise identification of troops, the precise identification of all elements with regard to their origin, date of their enlistment, the units to which they belong, as well as the identification of terrorists and the count of weapons of war distributed in the framework of irregular ("parallel") civil defence groups, for the formation of a national army, restructured and integrated, including the forces of the Congolese Parties signatories to the Agreement, on the basis of negotiations between the Government of the Democratic Republic of Congo, the Congolese Rally for Democracy and the Movement for the Liberation of the Congo.

CHAPTER 11

RE-DEPLOYMENT OF FORCES OF THE PARTIES TO DEFENSIVE POSITIONS IN CONFLICT ZONES

11.1 Following disengagement, all forces shall re-deploy to defensive positions.

11.2 The positions where units are located shall be identified and recorded by the JMC/OAU and UN.

11.3 Upon re-deployment to defensive positions, all forces shall provide relevant information on troop strength, armaments and weapons they hold in each location, to the JMC, OAU and UN mechanisms.

11.4 The JMC shall verify the reported data and information. All forces shall be restricted to the declared and recorded locations and all movements shall be authorised by the JMC, OAU and UN mechanisms. All forces shall remain in the declared and recorded locations until:

a. in the case of foreign forces, withdrawal has started in accordance with JMC/OAU, UN withdrawal schedule; and
b. in the case of FAC and RCD/MLC forces, in accordance with their negotiated agreement.

CHAPTER 12

NORMALISATION OF THE SECURITY SITUATION ALONG THE COMMON BORDERS BETWEEN THE DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO AND ITS NEIGHBOURS

12.1 Normalisation of the security situation along the common borders between the Democratic Republic of Congo and its neighbours requires each country:

a. Not to arm, train, harbour on its territory, or render any form of support to subversive elements or armed opposition movements for the purpose of destabilising the others;
b. To report all strange or hostile movements detected by either country along the common borders;

c. To identify and evaluate border problems and cooperate in defining methods to peacefully solve them,

d. To address the problem of armed groups in the Democratic Republic of Congo in accordance with the terms of the Agreement.

CHAPTER 13

CALENDAR FOR THE IMPLEMENTATION OF THE CEASE-FIRE AGREEMENT

The Calendar for the implementation of the Cease-fire Agreement is contained in annex B.

ANNEX 'B' TO CEASE-FIRE AGREEMENT

CALENDAR FOR THE IMPLEMENTATION OF THE CEASE-FIRE AGREEMENT

Major Cease-fire Events Proposed Calendar



1. Formal signing of the Cease-fire

D-Day




2. Announcement of and dissemination of information on cease-fire by all Parties

D-Day + 24 hours




3. Cessation of Hostilities, including cessation of Hostile Propaganda

D-Day + 24 hours




4. Release of hostages

D-Day + 3 days




5. Establishement of Joint Military Commission and Observer Groups

D-Day + 0 hours to D-Day + 7 days




6. Disengagement of Forces

D-Day + 14 days




7. Selection of a facilitator

D-Day + 15 days




8. Redeployment of the Forces of the Parties in the conflict Zones

D-Day +15 days to D-Day + 30 days




9. Provide information to the JMC, OAU, and UN Mechanism

D-Day + 21 days




10. Mobilsation of OAU Observers

D-Day + 30 days




11. Release/Exchange of Prisoners of War

D-Day +7 days to D-Day + 30 days




12. Beginning of National Dialogue

D-Day + 45 days




13. Deadline for the closure of the National Dialogue

D-Day + 90 days




14. Establishment of New Institutions

D-Day + 91 Days




15. Deployment of UN Peace Keeping Mission

D-Day + 120 days




16. Disarmament of Armed Groups

D-Day + 30 days to D-Day + 120 days




17. Orderly Withdrawal of all Foreign Forces

D-Day + 180 days




18. Verification and Monitoring

D-Day + 7 days to D-Day + 180 days (renewable)




19. Re-establishment of State Administration

D-Day + 90 days to D-Day + 270 days




20. Disarmament of Non-Military Personnel

D-Day + 360 days




21. Measures to normalise the security situation along the International borders

D-Day + 30 days to D-Day + 360 days






ANNEX 'C' TO THE CEASEFIRE AGREEMENT

DEFINITIONS

"Armed groups", means forces other than Government forces, RCD and MLC that are not signatories to this agreement. They include ex-FAR, AFF, LRA, UNRF II, NALU Interahamwe militias, FUNA, FDD, WNBF, UNITA and any other forces.

"Forces of the Parties", means the forces of the signatories to the Agreement.

"Parties", means signatories to the Agreement.

"Great Lakes region", means the group of states within or bordering the Greaf Rift Valley system of East and Central Africa.

"National Dialoglue", means the process involving all stakeholdlers in the inter-Congolese polilical negotiations with a view to installing a new political dispensation which will bring obout national reconciliation and the early holding of free and fair democratic elections.

"Forces vives" means all the stakeholders representatives of the civil society such as the churches, Trade Unions etc.

"Cease-fire Agreement", means this document and its Annexes.

"Interahamwe" means armed militias who carried out genocide in Rwanda in 1994.


ABBREVIATIONS
ADF - Allied Democratic Forces
Ex-FAR - Former Rwandese Armed Forces
FDD - Forces for the Defence of Democracy in Burundi
FUNA - Former Uganda National Army
LRA - Lord's Resistance Army
UNRF II - Uganda National Rescue Front II
UN - United Nations Organisation
OAU - Organisation of African Unity
RCD - Congolese Rally for Democracy
MLC - Movement for the Liberation of Congo
SADC - Southern Africa Development Community
DRC - Democratic Republic of Congo
JMC - Joint Military Commission
ICRC - International Committee of the Red Cross/Red Crescent
FAC - Congolese Armed Forces
WNBF - West Nile Bank Front
UNITA - National Union for the Total Independence of Angola
NALU - National Army for the Liberation of Uganda

    
    


FRENCH VERSION


Les accords de Lusaka

Voici le texte intégral des accords de Lusaka, signés le 10 juillet 1999 dans la capitale zambienne.

ACCORD DE CESSEZ-LE-FEU

PREAMBULE

Nous, les Parties à l'Accord de cessez-le-feu,

CONSIDERANT l'Article 52 de la Charte de l'Organisation des Nations Unies relatif aux arrangements régionaux concernant les questions relatives au maintien de la paix et de la sécurité internationales dans le cadre d'une action régionale appropriée;

REAFFIRMANT les dispositions de l'article 3 de la Charte de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) qui, entre autres, garantissent à tous les Etats membres le droit à leur souveraineté et à leur intégrité territoriale;

REAFFIRMANT en outre la résolution AHG/16/1 adoptée par la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'OUA en 1964 au Caire (Egypte) sur l'intégrité territoriale et l'inviolabilité des frontières nationales telles qu'héritées à l'indépendance;

RAPPELANT le communiqué du Sommet de Pretoria du 23 août 1998 réaffirmant que tous les groupes ethniques et nationalités dont les personnes et le territoire constituaient ce qui est devenu le Congo (présentement la RDC) à l'indépendance doivent bénéficier de l'égalité des droits et de la protection aux termes de la loi en tant que citoyens;

DETERMINEES à assurer le respect, par toutes les Parties signataires du présent Accord, des Conventions de Genève de 1949 et des Protocoles additionnels de 1977 ainsi que de la Convention sur la prévention et la répression du crime de génocide de 1948, tel que réitéré lors du Sommet régional d'Entebbe du 25 mars 1998;

DETERMINEES en outre à mettre fin immédiatement à toute aide aux forces négatives déterminées à déstabiliser les pays voisins, cesser immédiatement toute collaboration avec ces forces ou de leur accorder un sanctuaire;

SOULIGNANT la nécessité de veiller au respect des principes de bon voisinage et de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays;

PREOCCUPEES par le conflit en République démocratique du Congo et ses conséquences négatives sur le pays ainsi que sur d'autres pays de la région des Grands Lacs;

REITERANT l'appel lancé lors du deuxième sommet de Victoria Falls tenu du 7 au 8 septembre 1998, pour la cessation immédiate des hostilités, tel que contenu dans le communiqué commun du Sommet;

CONSCIENTES du fait que la résolution des problèmes de sécurité de la République démocratique du Congo et des pays voisins est essentielle et devrait contribuer au processus de paix;

RAPPELANT le mandat, contenu dans le communiqué commun de Victoria Falls II, confié aux ministres de la défense et à d'autres fonctionnaires, d'élaborer, en étroite collaboration avec l'OUA et l'ONU, les modalités de mise en oeuvre d'un cessez-le-feu immédiat et de créer un mécanisme pour assurer le suivi du respect des dispositions du cessez-le-feu;

RAPPELANT la résolution 1234 du 9 avril 1999 ainsi que les autres résolutions et décisions du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies sur la République démocratique du Congo, prises depuis le 2 août 1998; RAPPELANT en outre les efforts de paix déployés pour la résolution du conflit en RDC lors des sommets de Victoria Falls I et II, Pretoria, Durban, Port-Louis, Nairobi, Windhoek, Dodoma ainsi que lors des réunions ministérielles de Lusaka et de Gaborone;

RAPPELANT en outre l'Accord de paix signé le 18 avril 1999 à Syrte (Libye);

RECONNAISSANT que le conflit en RDC a une dimension à la fois interne et externe qui trouvera sa solution dans le cadre des négociations politiques intercongolaises et de l'engagement des Parties à la mise en oeuvre de cet Accord;

PRENANT acte de l'engagement du Gouvernement congolais, du RCD, du MLC ainsi que de toutes les organisations politiques et civiles congolaises à organiser un dialogue national sans exclusive, visant à aboutir à la réconciliation nationale et à l'instauration d'un nouvel ordre politique en RDC;

CONVENONS DE CE QUI SUIT:

ARTICLE I
DU CESSEZ-LE-FEU
1. Les Parties conviennent d'un cessez-le-feu entre toutes leurs forces en République démocratique du Congo.

2. Le cessez-le-feu signifie :
a. La cessation des hostilités entre toutes les forces des Parties en République démocratique du Congo, tel que stipulé dans cet Accord de cessez-le-feu (ci-après appelé "l'Accord");
b. La cessation effective des hostilités, des mouvements et renforts militaires ainsi que des actes hostiles, y compris la propagande hostile;
c. La cessation des hostilités dans un délai de 24 heures après la signature de l'Accord de cessez-le-feu.

3. Le cessez-le-feu implique la cessation de :
a. Toute attaque aérienne, terrestre et maritime ainsi que tout acte de sabotage;
b. Toute tentative d'occupation de nouvelles positions sur le terrain et de mouvement des forces et des équipements militaires d'un endroit à l'autre sans accord préalable des Parties;
c. Tous les actes de violence contre les populations civiles par le respect et la protection des droits humains. Ces actes de violence incluent les exécutions sommaires, la torture, le harcèlement, la détention et l'exécution de civils sur la base de leur origine ethnique, le recrutement et l'utilisation d'enfants soldats, la violence sexuelle, le bombardement et le massacre de populations civiles, la propagande et l'incitation à la haine ethnique et tribale, l'armement des civils, la détention et l'exécution de prisonniers d'opinion, les coupures d'eau et d'électricité, la formation et l'utilisation de terroristes;
d. Toute autre action qui peut entraver l'évolution normale du processus de cessez-le-feu;
e. Tout ravitaillement en munitions, en armes et autres matériels de guerre au front.


ARTICLE II
DES PREOCCUPATIONS EN MATIERE DE SECURITE

4. Dès l'entrée en vigueur du présent Accord, les Parties s'engagent à trouver immédiatement des solutions aux préoccupations de la République démocratique du Congo et des pays voisins en matière de sécurité.


ARTICLE III
DES PRINCIPES DE L'ACCORD

5. Les dispositions du paragraphe 3 e) n'excluent pas le ravitaillement en nourriture, habillement et services médicaux destinés aux forces militaires sur le terrain.

6. Le cessez-le-feu garantira la libre circulation des personnes et des biens sur l'ensemble du territoire national de la République démocratique du Congo.

7. Dès l'entrée en vigueur du présent Accord, les Parties libéreront les personnes détenues ou prises en otage et leur accorderont la liberté de se réinstaller dans toute province de la République démocratique du Congo ou dans tout autre pays où leur sécurité pourra être garantie.

8. Les Parties au présent Accord s'engagent à échanger les prisonniers de guerre et à libérer toutes autres personnes détenues en raison de la guerre.

9. Les Parties permettront l'accès immédiat et sans réserve au Comité international de la Croix-Rouge (CICR)/Croissant-Rouge (CR) afin de permettre les arrangements pour la libération des prisonniers de guerre et autres personnes détenues en raison de la guerre ainsi que l'évacuation et l'inhumation des morts et les soins aux blessés.

10. Les Parties faciliteront l'acheminement de l'aide humanitaire grâce à l'ouverture de couloirs d'aide humanitaire et la création de conditions favorables à la fourniture de secours d'urgence aux personnes déplacées, aux réfugiés et autres personnes concernées.

11.
a. Le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies, agissant conformément aux dispositions du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies et en collaboration avec l'OUA, sera appelé à constituer, faciliter et déployer une force de maintien de la paix en RDC afin d'assurer la mise en oeuvre de cet Accord; et, compte tenu de la situation particulière de la RDC, lui confiera le mandat de poursuivre tous les groupes armés en RDC. Le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies définira en conséquence le mandat de la force de maintien de la paix.
b. Les Parties constitueront une Commission militaire mixte (CMM) qui sera chargée d'exécuter, immédiatement après l'entrée en vigueur de cet Accord et, en collaboration avec le groupe d'observateurs de l'ONU et de l'OUA, les opérations de maintien de la paix jusqu'au moment du déploiement de la force de maintien de la paix des Nations Unies. Sa composition et son mandat seront conformes aux dispositions du chapitre 7 de l'annexe "A" de cet Accord.

12. Le retrait définitif de toutes les forces étrangères du territoire national de la République démocratique du Congo sera effectué conformément au calendrier figurant à l'annexe "B" du présent Accord et au programme de retrait qui sera arrêté par l'Organisation des Nations Unies, l'OUA et la Commission militaire mixte.

13. La pose de mines, quel qu'en soit le type, est interdite.

14. Le désengagement des forces sera immédiat dans les zones où elles sont en contact direct.

15. Rien dans le présent Accord ne devra, en aucune manière, nuire à la souveraineté ni à l'intégrité territoriale de la République démocratique du Congo.

16. Les Parties réaffirment que tous les groupes ethniques et nationalités dont les personnes et le territoire constituaient ce qui est devenu le Congo (présentement la RDC) à l'indépendance doivent bénéficier de l'égalité des droits et de la protection que la loi garantit aux citoyens;

17. Les Parties au présent Accord devront prendre toutes les mesures nécessaires à la normalisation de la situation le long des frontières internationales de la République démocratique du Congo, y compris le contrôle du trafic d'armes et l'infiltration de groupes armés.

18. Aux termes du présent Accord et à l'issue des négociations politiques intercongolaises, l'autorité administrative de l'Etat sera rétablie sur l'ensemble du territoire national de la République démocratique du Congo.

19. Dès l'entrée en vigueur du présent Accord, le Gouvernement de la République démocratique du Congo, l'opposition armée, à savoir le Rassemblement congolais pour la démocratie et le Mouvement pour la libération du Congo, et l'opposition politique s'engagent à entamer un dialogue national ouvert. Ces négociations politiques intercongolaises, associant également les Forces vives de la nation, mèneront à un nouvel ordre politique et à la réconciliation nationale en République démocratique du Congo. Les négociations politiques intercongolaises seront menées sous l'autorité d'un facilitateur neutre, accepté par toutes les parties congolaises. Les Parties s'engagent à soutenir ce dialogue et veilleront à ce que les négociations politiques intercongolaises s'effectuent conformément aux dispositions du chapitre 5 de l'annexe "A".

20. Aux termes du présent Accord et à l'issue du dialogue national, un mécanisme sera mis en place pour la formation d'une armée nationale, restructurée et intégrée, incluant les forces des parties congolaises signataires du présent Accord, sur la base des négociations entre le Gouvernement de la République démocratique du Congo, le Rassemblement congolais pour la démocratie et le Mouvement pour la libération du Congo.

21. Les Parties affirment la nécessité de trouver des solutions aux préoccupations de sécurité de la République démocratique du Congo et des pays voisins.

22. Un mécanisme sera mis en place pour désarmer les milices et les groupes armés, y compris les forces génocidaires. Dans ce contexte, toutes les Parties s'engagent à localiser, identifier, désarmer et rassembler tous les membres des groupes armés en RDC. Les pays d'origine des membres des groupes armés s'engagent à prendre toutes les mesures nécessaires pour faciliter leur rapatriement. Ces mesures pourraient inclure l'amnistie, au cas où certains pays jugeraient cette mesure avantageuse. Toutefois, cette mesure ne s'appliquera pas dans le cas des suspects du crime de génocide. Les Parties assument pleinement la responsabilité de veiller à ce que les groupes armés opérant avec leurs troupes ou sur les territoires qu'elles contrôlent se conforment aux processus devant mener au démantèlement de ces groupes en particulier.

23. Les Parties veilleront à l'application des termes de cet Accord ainsi que des annexes "A" et "B" qui font partie intégrante de celui-ci.

24. Les définitions des termes communs utilisés dans le présent Accord figurent à l'annexe "C".

25. Le présent Accord entrera en vigueur 24 heures après sa signature.

26. Le présent Accord pourra être amendé avec l'accord de toutes les Parties; tout amendement devra être fait par écrit et signé par toutes les Parties de la même manière que cet Accord.

EN FOI DE QUOI les représentants dûment autorisés des Parties signent le présent Accord dans les langues française, anglaise et portugaise, étant entendu que tous les textes font foi.

FAIT A LUSAKA (ZAMBIE), LE 10 JUILLET 1999

POUR LA REPUBLIQUE D'ANGOLA
[Signature]
POUR LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
[Signature]
POUR LA REPUBLIQUE DE NAMIBIE
[Signature]
POUR LA REPUBLIQUE DU RWANDA
[Signature]
POUR LA REPUBLIQUE DE L'OUGANDA
[Signature]
POUR LA REPUBLIQUE DU ZIMBABWE
[Signature]

SONT TEMOINS :
POUR LA REPUBLIQUE DE ZAMBIE
[Signature]
POUR L'ORGANISATION DE L'UNITE AFRICAINE
[Signature]
POUR L'ORGANISATION DES NATIONS UNIES
[Signature]
POUR LA COMMUNAUTE DE DEVELOPPEMENT DE L'AFRIQUE AUSTRALE


ANNEXE "A"

MODALITES DE MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD DE CESSEZ-LE-FEU EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CHAPITRE 1
DE LA CESSATION DES HOSTILITES

1.1 Les Parties annonceront la cessation des hostilités devant entrer en vigueur 24 heures après la signature de l'Accord de cessez-le-feu. La cessation des hostilités sera diffusée par les Parties par l'intermédiaire de leurs chaînes de commandement et elle sera simultanément communiquée à la population civile par la presse écrite ainsi que par la radio et la télévision.

1.2 Avant le déploiement du Groupe des vérificateurs de l'Organisation des Nations Unies et de l'Organisation de l'unité africaine (ONU/OUA), la cessation des hostilités sera réglée et surveillée par toutes les Parties par l'intermédiaire d'une commission militaire mixte. Après leur déploiement, les vérificateurs de l'ONU/OUA assureront la vérification, le contrôle et le suivi de la cessation des hostilités et du désengagement ultérieur.

1.3 Toute violation de la cessation des hostilités et les événements ultérieurs seront communiqués à la Commission militaire mixte et aux mécanismes de l'ONU et de l'OUA par les chaînes de commandement convenues, pour enquête et décision si nécessaire.


CHAPITRE 2
DU DESENGAGEMENT

2.1 Par "désengagement des forces" on entend une rupture immédiate des contacts tactiques entre les forces militaires adverses des Parties au présent Accord, dans les endroits où elles sont en contact direct à la date et à l'heure de l'entrée en vigueur de l'Accord de cessez-le-feu.

2.2 Là où le désengagement immédiat n'est pas possible, un mécanisme permettant un désengagement échelonné doit faire l'objet d'un accord de toutes les Parties, par le biais de la Commission militaire mixte et des mécanismes de l'ONU et de l'OUA.

2.3 Le désengagement immédiat à l'initiative de toutes les unités militaires sera limité à la portée exacte des armes à tirs tendus. Le désengagement ultérieur, permettant de mettre hors de portée toutes les armes, se fera sous le contrôle de la Commission militaire mixte et des mécanismes de
l'ONU et de l'OUA.

2.4 Là où le désengagement par mouvement sera impossible ou impraticable, la Commission militaire mixte et les mécanismes de l'ONU et de l'OUA devront trouver d'autres solutions permettant de rendre les armes inopérantes.


CHAPITRE 3
DE LA LIBERATION DES OTAGES ET DE L'ECHANGE DES PRISONNIERS DE GUERRE
3.1 Dès l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, toutes les Parties doivent fournir au CICR/Croissant-Rouge les renseignements nécessaires sur leurs prisonniers de guerre ou autres détenus pour motif de guerre. Elles apporteront ensuite toute assistance aux représentants du CICR/CR pour leur permettre de rendre visite aux prisonniers de guerre et aux personnes détenues pour motif de guerre, de vérifier tous les renseignements et de s'assurer de leur état et statut.

3.2 Dès l'entrée en vigueur du présent Accord, les Parties libéreront les personnes détenues ou prises en otage en raison de la guerre, dans un délai de trois jours après la signature de l'Accord de cessez-le-feu et le CICR/CR leur accordera toute l'assistance nécessaire, y compris pour se réinstaller dans toute province de la République démocratique du Congo, ou dans tout autre pays où leur sécurité pourra être garantie.


CHAPITRE 4
DU RETRAIT ORDONNE DE TOUTES LES FORCES ETRANGERES

4.1 Le retrait définitif de toutes les forces étrangères du territoire national de la République démocratique du Congo se fera conformément à l'annexe B du présent Accord.

4.2 La Commission militaire mixte et les mécanismes de l'ONU et de l'OUA élaboreront un programme définitif et approprié de retrait ordonné de toutes les troupes étrangères de la République démocratique du Congo.


CHAPITRE 5
DU DIALOGUE NATIONAL (NEGOCIATIONS POLITIQUES INTERCONGOLAISES)

5.1 Dès l'entrée en vigueur de l'Accord de cessez-le-feu en République démocratique du Congo, les Parties s'accordent à tout mettre en oeuvre pour créer le cadre favorable aux négociations politiques intercongolaises devant aboutir à la mise en place du nouvel ordre politique en République démocratique du Congo.

5.2 En vue d'aboutir à la mise en place du nouvel ordre politique et de la réconciliation nationale issus des négociations politiques intercongolaises, les parties congolaises s'accordent pour appliquer les principes suivants :
a. Le processus des négociations politiques intercongolaises doit inclure outre les parties congolaises, à savoir le Gouvernement de la République démocratique du Congo, le Rassemblement congolais pour la démocratie et le Mouvement pour la libération du Congo, l'opposition politique ainsi que les représentants des forces vives de la nation;
b. Tous les participants aux négociations politiques intercongolaises bénéficieront d'un statut identique;
c. Toutes les résolutions adoptées par les négociations politiques intercongolaises lieront tous les participants.

5.3 Les Parties s'accordent afin que l'Organisation de l'unité africaine assiste la République démocratique du Congo en vue de l'organisation des négociations politiques intercongolaises, sous l'égide d'un facilitateur neutre choisi par les Parties en vertu de son autorité morale, de sa crédibilité internationale et de son expérience.

5.4 En vue de la réussite des négociations politiques intercongolaises inclusives devant aboutir à la réconciliation nationale, le facilitateur sera chargé :
a. De prendre tous les contacts utiles en vue de l'organisation des négociations politiques intercongolaises dans un cadre réunissant toutes les conditions de sécurité pour tous les participants;
b. D'organiser, en concertation avec les parties congolaises, les consultations en vue d'inviter les principales organisations et formations de l'opposition politique représentative et reconnue, ainsi que les principaux représentants des forces vives de la nation;
c. De conduire, au regard du calendrier ci-après les débats devant aboutir à la mise en place d'un nouvel ordre politique en République démocratique du Congo.

5.5 Sans préjudice des autres points susceptibles d'être soulevés par les participants, les parties congolaises s'entendent pour que l'ordre du jour des négociations politiques intercongolaises porte sur :
a. Le calendrier et les principes de procédure des négociations politiques intercongolaises;
b. La formation de la nouvelle armée congolaise dont les éléments seront issus des Forces armées congolaises, des forces armées du Rassemblement congolais pour la démocratie et des forces armées du Mouvement pour la libération du Congo;
c. Le nouvel ordre politique en RDC, en particulier les institutions devant être mises en place en vue de la gouvernance en RDC;
d. Le processus des élections libres, démocratiques et transparentes en RDC;
e. Le projet de constitution devant régir la RDC après la tenue des élections.

5.6 Le calendrier des négociations politiques intercongolaises se présente comme suit :
i. Le choix du facilitateur J + 15 jours
ii. Le début du dialogue national J + 45 jours
iii. La date limite de la clôture du dialogue national J + 90 jours
iv. L'installation des nouvelles institutions J + 91 jours


CHAPITRE 6
DU RETABLISSEMENT DE L'AUTORITE ADMINISTRATIVE DE L'ETAT SUR L'ENSEMBLE DU TERRITOIRE CONGOLAIS
6.1 Aux termes du présent Accord et à l'issue des négociations politiques intercongolaises, l'autorité administrative de l'Etat sera rétablie sur l'ensemble du territoire de la République démocratique du Congo.
6.2 Dès l'entrée en vigueur du présent Accord, sera mis en place un mécanisme de concertation entre les parties congolaises qui permettra de poser, sur l'ensemble du territoire national, des actes, et de mener des opérations ou des actions qui relèvent de l'intérêt général, notamment dans les domaines de la santé publique (exemple : campagne nationale de vaccination), de l'éducation (exemple : correction des examens d'Etat), des migrations, de la circulation des personnes et des biens.


CHAPITRE 7
DE LA COMMISSION MILITAIRE MIXTE

7.1 La Commission militaire mixte est responsable devant un comité politique composé des ministres des affaires étrangères et de la défense ou de toute autre personne dûment mandatée par les Parties.

7.2 La Commission militaire mixte est un organe de prise de décisions composé de deux représentants de chaque Partie sous la direction d'un président neutre désigné par l'OUA, en concertation avec les Parties.

7.3 La Commission militaire mixte prend ses décisions par consensus.

7.4 La Commission militaire mixte sera chargée de :
a. D'établir les positions des unités au moment du cessez-le-feu;
b. De faciliter la liaison entre les Parties aux fins de l'application du cessez-le-feu;
c. D'aider le processus de désengagement des forces et de mener des enquêtes sur toute violation du cessez-le-feu;
d. De vérifier tous les renseignements, données et activités relatifs aux forces militaires des Parties;
e. De vérifier le désengagement des forces militaires des Parties là où elles sont en contact direct;
f. D'élaborer des mécanismes pour le désarmement des groupes armés;
g. De vérifier le cantonnement et le désarmement de tous les groupes armés;
h. De vérifier le désarmement de tous les civils congolais qui détiennent illégalement des armes;
i. De surveiller et de vérifier le retrait ordonné des forces étrangères.

7.5 Les Parties s'engagent à fournir à l'ONU et à l'OUA tout renseignement pertinent sur le nombre, l'organisation, les équipements et les positions de leurs forces étant entendu que ces renseignements seront confidentiels.


CHAPITRE 8
DU MANDAT DE LA FORCE DE MAINTIEN DE LA PAIX DES NATIONS UNIES

8.1 L'Organisation des Nations Unies, en collaboration avec l'OUA, devra constituer, faciliter et déployer une force appropriée en République démocratique du Congo pour assurer la mise en oeuvre du présent Accord.

8.2 Le mandat de la force des Nations Unies devra inclure les opérations de maintien et de rétablissement de la paix telles que décrites ci-dessous :
8.2.1 Maintien de la paix :
a. Travailler avec la Commission militaire mixte/OUA en vue de la mise en oeuvre du présent Accord;
b. Observer et vérifier la cessation des hostilités;
c. Mener des enquêtes sur les violations de l'Accord de cessez-le-feu et prendre les mesures nécessaires pour le faire respecter;
d. Superviser le désengagement des forces des Parties tel que stipulé au chapitre 2 de la présente annexe;
e. Superviser le redéploiement des forces des Parties dans des positions défensives dans les zones de conflit, conformément au chapitre 11 de la présente annexe;
f. Fournir et maintenir l'assistance humanitaire et protéger les personnes déplacées, les réfugiés et les autres personnes affectées;
g. Tenir les Parties à l'Accord de cessez-le-feu informées de ces opérations de maintien de la paix;
h. Récupérer les armes aux mains des civils et veiller à ce que les armes ainsi récupérées soient correctement comptabilisées et adéquatement sécurisées;
i. En collaboration avec la Commission militaire mixte/OUA, programmer et superviser le retrait de toutes les forces étrangères;
j. Vérifier toutes informations, données et activités relatives aux forces militaires des Parties.

8.2.2 Rétablissement de la paix
a. Localiser et désarmer les groupes armés;
b. Identifier les auteurs de massacres, les auteurs de crimes
contre l'humanité et les autres criminels de guerre;
c. Traduire les génocidaires devant le Tribunal international pour le Rwanda;
d. Rapatriement;
e. Elaborer toutes les mesures (persuasives ou coercitives) jugées appropriées pour atteindre les objectifs de désarmement, de rassemblement, de rapatriement et de réinsertion sociale des membres des groupes armés.
8.3 Composition : Les forces de maintien de la paix des Nations Unies proviendront des pays acceptés par les Parties.
8.4 La Commission militaire mixte sera chargée immédiatement après l'entrée en vigueur du présent Accord, d'exécuter les opérations de maintien de la paix jusqu'au déploiement de la force de maintien de la paix des Nations Unies.


CHAPITRE 9
DU DESARMEMENT DES GROUPES ARMES

9.1 La Commission militaire mixte, avec l'assistance des Nations Unies, élaborera et mettra immédiatement en oeuvre les mécanismes pour la poursuite, le cantonnement et le recensement de tous les groupes armés qui se trouveraient en République démocratique du Congo, à savoir, les ex-Forces armées rwandaises (ex-FAR), l'ADF, le LRA, l'UNRF II, les milices Interahamwe, le FUNA, le FDD, le WNBF, le NALU, l'UNITA et prendra des mesures pour :
a. La remise au Tribunal international ou aux tribunaux nationaux des auteurs de massacres et de crimes contre l'humanité; et
b. La remise d'autres criminels de guerre.

9.2 Les Parties, en collaboration avec les Nations Unies et d'autres pays ayant des préoccupations de sécurité, devront créer des conditions favorables à l'accomplissement de l'objectif décrit au paragraphe 9.1 précédent, lesquelles conditions pourraient inclure l'octroi de l'amnistie et l'asile politique, à l'exception des génocidaires. Les Parties encouragent également le dialogue intercommunautaire.


CHAPITRE 10
DE LA FORMATION D'UNE ARMEE NATIONALE
Aux termes du présent Accord et à l'issue des négociations politiques intercongolaises, il y aura un mécanisme tenant notamment compte du contrôle physique des troupes, de l'identification précise de tous les éléments au regard de leur origine, de la date de leur enrôlement, de leur corps d'attache, ainsi que de l'identification des terroristes et du dénombrement des armes de guerre distribuées dans le cadre des unités parallèles que sont les groupes de défense civile, pour la formation d'une armée nationale, restructurée et intégrée, incluant les forces des parties congolaises au présent Accord, sur base des négociations entre le Gouvernement de la République démocratique du Congo, le Rassemblement congolais pour la démocratie et le Mouvement pour la libération du Congo.


CHAPITRE 11
DU REDEPLOIEMENT DES FORCES MILITAIRES DES PARTIES SUR DES POSITIONS DEFENSIVES DANS LES ZONES DE CONFLIT

11.1 Suite au désengagement, toutes les forces devront se replier sur des positions défensives.

11.2 Les positions où les unités sont localisées seront identifiées et enregistrées par la Commission militaire mixte et les mécanismes de l'OUA et de l'ONU.

11.3 Après le redéploiement sur des positions défensives, toutes les forces devront fournir aux mécanismes de la Commission militaire mixte, de l'OUA et de l'ONU, les renseignements nécessaires sur les effectifs de leurs troupes ainsi que le matériel militaire et les armes qu'elles détiennent dans chaque position.

11.4 La Commission militaire mixte procédera à la vérification des données et des renseignements. Toutes les forces seront consignées aux positions déclarées et enregistrées et tout mouvement devra être autorisé par les mécanismes de la Commission militaire mixte, de l'OUA et de l'ONU. Toutes les forces resteront dans les positions déclarées et enregistrées : a. Dans le cas des forces étrangères, jusqu'au moment du début du retrait conformément au calendrier de retrait de la Commission militaire mixte/OUA et de l'ONU; et b. Dans le cas des Forces armées congolaises, des forces du Rassemblement congolais pour la démocratie et du Mouvement pour la libération du Congo, conformément à l'Accord négocié.

CHAPITRE 12
DE LA NORMALISATION DE LA SITUATION LE LONG DES FRONTIERES COMMUNES ENTRE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET SES VOISINS

La normalisation de la situation de sécurité le long des frontières communes entre la République démocratique du Congo et ses voisins exige de chaque pays :
a. De ne pas armer, entraîner, héberger sur son territoire ou apporter une forme quelconque d'aide aux éléments subversifs et aux mouvements d'opposition armés, dans le but de déstabiliser les autres pays;
b. De signaler tous les mouvements étrangers ou hostiles détectés par l'un ou l'autre pays le long des frontières communes;
c. D'identifier et d'évaluer les problèmes aux frontières et coopérer dans la définition des méthodes pour les résoudre pacifiquement;
d. De résoudre le problème des groupes armés en République démocratique
du Congo conformément au présent Accord.


CHAPITRE 13
DU CALENDRIER DE MISE EN OEUVRE DE L'ACCORD
DE CESSEZ-LE-FEU

Le calendrier de mise en oeuvre de l'Accord de cessez-le-feu est annexé au
présent document (annexe "B").


ANNEXE "B" A L'ACCORD DE CESSEZ-LE-FEU
CALENDRIER DE LA MISE EN îUVRE DE L'ACCORD DE CESSEZ-LE-FEU

Evénements majeurs du cessez-le-feu Echéancier
1. Signature officielle de l'Accord Jour J de cessez-le-feu
2. Annonce et diffusion de l'information sur le cessez-le-feu J + 24 heures
3. Cessation des hostilités, y compris la cessation de la propagande hostile J + 24 heures
4. Libération des otages J + 3 jours
5. Etablissement de la Commission militaire mixte et des groupes de vérification de l'ONU J + 7 jours
6. Désengagement des Forces J + 14 jours
7. Choix du facilitateur J + 15 jours
8. Redéploiement des forces des Parties dans les zones de conflit J + 15 à J +30 jours
9. Fourniture des renseignements requis à la Commission militaire mixte et aux mécanismes de l'OUA et de l'ONU J + 21 jours
10. Déploiement des vérificateurs de l'OUA J + 30 jours
11. Libération et échange des prisonniers de guerre J +7 à J +30 jours
12. Début du dialogue national J + 45 jours
13. Clôture du dialogue national J + 90 jours
14. Installation des nouvelles institutions J + 91 jours
15. Déploiement de la Mission de l'ONU pour le maintien de la paix J + 120 jours
16. Désarmement des groupes armés J + 30 à J +120 jours
17. Retrait ordonné des Forces étrangères J + 180 jours
18. Vérification et suivi J +7 à J +180 jours (renouvelable)
19. Rétablissement de l'autorité administrative de l'Etat J + 90 à J +270 jours
20. Désarmement du personnel non militaire J + 360 jours
21. Mesures de normalisation de la situation sécuritaire le long des frontières internationales J + 360 jours


Pièce jointe III
ANNEXE "C" A L'ACCORD DE CESSEZ-LE-FEU
DEFINITIONS

"Groupes armés" s'entend des forces autres que celles du Gouvernement de la
République démocratique du Congo, du Rassemblement congolais pour la démocratie
et du Mouvement pour la libération du Congo, qui ne sont pas signataires du
présent Accord. Elles incluent les ex-FAR, l'ADF, le LRA, l'UNRF II, les
milices interahamwe, le FUNA, le FDD, le WNBF, le NALU, l'UNITA et toutes autres
forces.
"Forces des Parties" désigne les forces des signataires du présent Accord.
"Parties" s'entend des signataires du présent Accord.
"La région des Grands Lacs" désigne le groupe des Etats situés dans la vallée du
Rift et des Etats riverains du système en Afrique de l'Est et en Afrique
centrale.
"Le dialogue national" s'entend d'un processus impliquant toutes les composantes
sociales dans les négociations politiques intercongolaises visant à instaurer un
nouvel ordre politique en vue d'aboutir à la réconciliation nationale et à la
tenue rapide d'élections démocratiques libres et transparentes.
"Forces vives" s'entend des composantes représentatives de la société civile,
telles que les églises, les syndicats, etc.
"Interahamwe" désigne les milices rwandaises qui ont commis un génocide en 1994
au Rwanda.
"Accord de cessez-le-feu" s'entend du présent document et de ses annexes.



SIGLES

FDA Forces démocratiques alliées
ex-FAR Anciennes forces armées rwandaises
FDD Forces pour la défense de la démocratie (Burundi)
FNUA Ancienne armée nationale de l'Ouganda
LRA Armée de résistance du Seigneur
UNRF II Front national de libération de l'Ouganda II
ONU Organisation des Nations Unies
OUA Organisation de l'unité africaine
RCD Rassemblement congolais pour la démocratie
MLC Mouvement pour la libération du Congo
SADC Communauté de développement de l'Afrique australe
RDC République démocratique du Congo
CMM Commission militaire mixte
CICR/CR Comité international de la Croix-Rouge/Croissant-Rouge
FAC Forces armées congolaises
WNBF Front de la rive ouest du Nil (Ouganda)
NALU Armée nationale pour la libération de l'Ouganda
UNITA Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola




    
    

 Search:
 
 
 Today's Date: August 19, 2019
 On the Policy Front
 ·  Mbeki Should Reconsider Decision to Relocate African Parliament
 ·  The History of Parliament in Ancient Africa
 ·  The Architecture of Peace and Security in the African Union
 ·  "Lift Every Voice" is the Best Anthem for the African Union
 ·  Sheba is the Right Name for Single African Currency
 ·  AU-EU Relations: Neocolonialism is 50 Years Old
 ·  AUF Wants Moratorium on Weapons Trade in the African Union
More...











  
  
  
 
  
  
  
 
  
  
  
 

 
NTONDELE | ASANTE SANA | AMESEGENALO | NA GODE | JERE JEF | NGIYABONGA

----------------------------------------------------------------------------------
© AUF. All Rights Reserved.

Portal Design by Dreamsparrow Consulting, Inc.